Raison garder.

Je me souviens notre première réunion JCall qui faisait suite à notre soutien à son appel à « Raison garder ».

Nous étions réunis par la même conviction, la même détermination à bâtir cette paix à laquelle nous aspirions, ces 2 Etats.

Nous étions réunis malgré nos différences, nos divergences, car si être juif est un point commun fondateur, il n’est en rien structurant d’une opinion unilatérale, qui serait partagée par tous, et que nous pourrions alors simplement exposer au reste d’une monde comme « l’opinion juive ».

Ce serait si simple.

L’Histoire aurait suffit à nous unir, elle est déjà partie intégrante de notre identité, laissez-nous le droit de ne pas nous comprendre.

Ce jour là, nous échangions ensemble, et c’est ensemble que nous avons fait front contre la LDJ venue nous imposer sa vison de la judéité.

Parce que s’il y a bien une chose que partage tous les fascismes c’est d’avoir leur vison du « bon juif », pour la LDJ il ne peut pas être là à vouloir construire la paix auprès et avec des arabes, et pour les autres, il doit y avoir encore des traces du florilège de leur diarrhées mononeuronales sur Twitter.

Ce sont ces mots qui me reviennent aujourd’hui : Raison garder.

Il ne s’est écoulé que quelques jours et j’ai pourtant l’impression d’avoir vieilli de tant d’années, de ces années qui ne sont pas de celles qui accompagnent la sagesse, non, de ces années qui rendent triste, qui amenuisent la force, le courage et l’espoir.

Le 30 juin Eyal, Guilad et Naftali, sont devenus la justification au meurtre de Mohammed, un autre enfant de leur âge, par d’autres gosses.

La manipulation sur la concurrence mémorielle médiatique est venue se poser sur la terre fraîchement retournée, qu’elle leur soit légère, sur les corps qui venaient d’être enterrés, chacun dénonçant le goût du martyr de l’autre camp à qui on oserait faire prétendre que de la mort ils s’arrangent très bien.

Aujourd’hui les roquettes et les sirènes, un bouclier de fer et un bouclier humain.

Je ne discuterais pas ici de l’intime et évidente nécessité pour Israël de vivre en sécurité, ni de celle pour les gazaouis de pouvoir jouir de toute leurs libertés. Oui cette guerre doit cesser, non il ne suffit pas de.

Et la douleur doit cesser.

Où sont les bâtisseurs de paix ?

Combien de morts et de haine à devoir pardonner avant de ne même plus pouvoir y croire ?
Et si la douleur cesse, à quoi cédera-t-elle la place ?

Que construit-on sur des ruines ?

Alors ils ont ressortis leur keffieh. Non, pas en Palestine, à Paris, à 3211 km de Gaza.

Et cette fois ils ont pu compter dans leur rang d’autres foulards, symboles de bien moins de révolte, et les drapeaux du Hamas se sont rajoutés à ceux palestiniens.

Ce même jour des juifs se recueillaient devant la synagogue de la rue de la Roquette, voisine à la place de la Bastille où finissent par s’échouer toutes les manifestations, même celles où on crie « mort aux juifs ».

Ils ont justifiés leurs slogans par la violence.

Je ne prétends pas à exposer les faits, je n’y étais pas. Mais il me semble que si on ne veut pas croiser de juifs, on ne va pas devant une synagogue.

Aujourd’hui certains d’entre nous remercie la LDJ, de les avoir protégés rue de la Roquette. Comme si l’on pouvait convier la peste dans son lit et venir se plaindre après d’être contaminé.

Non la LDJ n’a protégé aucun juif, la LDJ n’a protégé que ses propres intérêts propagandistes.

Chers amis, camarades juifs, avec des amis comme la LDJ nous n’avons pas besoin d’ennemis, même pas le Hamas, contre qui notre combat est dévoyé si nous acceptons dans nos rangs, ou même si nous sommes capables de concéder la moindre sympathie, aux fanatiques et aux fascistes de la LDJ.

Et je vous rappelle qu’Israël n’en veut pas sur ses terres.

Chacun semble alors perméable au doute. Et ce n’est pas de bon augure.

Nous perdons la Raison.

Et nous avons tellement peur, que nous confondons bons sentiments et opinions.

Ici je vois Tareq Oubrou, érigé en porte parole de la paix, là la LDJ comme la seule garante de notre sécurité en France.

Je veux Raison garder, et intelligence, lucidité et intégrité. Alors on m’accuse de jeter de l’huile sur le feu, de ne pas concéder à la figure du « bon arabe », pas plus qu’à celle du « bon juif ».

Et surtout on me fait taire.

Vous perdez la Raison.

 

 

 

Publicités

Une réflexion sur “Raison garder.

  1. Pingback: Cher idiot utile de l’antisémitisme… | Larmurerie

Les commentaires sont fermés.