Non, on ne peut pas impunément détourner le sens d’une photo…

… Même pour la « bonne cause ».

Arrêt sur images, Par Alain Korkos le 09/05/2014

Depuis quelques jours se propage sur les rézosociaux une campagne demandant la libération des 200 gamines nigérianes enlevées par la secte Boko Haram. Des images de plusieurs jeunes filles sont utilisées. Problème : aucune des filles sur les portraits n’a été enlevée… ou n’est même nigériane. Alors d’où viennent ces photos ?

nouveau media

nouveau media

nouveau media
Les trois photos ci-dessus ne sont pas du tout les portraits de trois des gamines nigérianes enlevées. Mais quelle importance, toutes ces négresses se ressemblent, n’est-ce pas !

Deux d’entre elles vivent en Guinée-Bissau, à 1 500 kilomètres du Nigeria. Ces photos ont été volées sur le site d’une célèbre photographe américaine, Ami Vitale. La troisième, signée Melanie Blanding, a été prise au Congo.

« Ces photos n’ont rien à voir avec ces jeunes filles qui ont été kidnappées, a confié hier Ami Vitale au New York TimesElles sont de Guinée-Bissau, et mon reportage parlait d’un sujet tout à fait différent(…) Pouvez-vous imaginer la photo de votre fille s’étalant dans le monde entier afin d’illustrer le trafic sexuel ? Ces jeunes filles n’ont jamais été enlevées, n’ont été victimes d’aucun trafic sexuel. »

Les deux photos d’Ami Vitale, en effet, se retrouvent sur son site. La petite fille en gros plan qui pleure s’appelle Awa Balde, elle a cinq ans et vient d’être excisée. La photo date de 2000 :

nouveau media
La gamine qui appuie sa tête sur ses bras s’appelle Jenabu Balde, elle a treize ans, elle attend la venue du professeur dans l’école de son village. La photo date de 2011 :


> Cliquez sur l’image pour un gros plan <

La troisième photo, signée Melanie Blanding, nous montre une jeune femme nommée Eugenie violée en 2006 par des rebelles dans la région de Bukavu, en République démocratique du Congo (l’ancien Congo belge, ou Congo Kinshasa). Elle a été « empruntée » sur la site de l’Alexia Foundation :

nouveau media
Ami Vitale ne supporte pas qu’on utilise deux de ses photos pour servir une cause qui n’a rien à voir avec la vraie vie des enfants qu’elle a portraiturés. Elle tente de faire disparaître les images détournées, sans y parvenir, évidemment. Seule la BBC, qui les avait publiées, les a ôtées de son site.

Mais Ami Vitale n’a pas tout vu, pas tout observé. Elle a de quoi s’énerver plus encore. Car sur l’image ci-dessous créée par un certain « H Emmanuel Snow », directeur de création d’une agence web nigériane qui signe de son compte Twitter « Imahephzibah », a été ajoutée une larme. Parce que c’est plus vendeur, coco, une gamine en pleurs, tu comprends :

nouveau media

nouveau media
On voit par là qu’il est possible de défendre une juste cause en utilisant des procédés de margoulin, d’escroc de bas étage.

 

L’occasion de lire ma chronique intitulée Tintin au Congo expliqué à Boule de Neige.

Publicités