André Déchot, co-auteur de La galaxie Dieudonné invité d’Arrêt sur images

@rrêt sur images, émission le 10/01/2014

L’affaire Dieudonné, un sac de noeuds politique, philosophique et historique dont débat la France entière. Dieudonné est-il un humoriste, un politique, un homme d’affaires, un agent iranien ? Ses spectateurs sont-ils des antisémites forcenés, des citoyens qui veulent s’amuser, ou des cerveaux vides? Et d’abord, qu’est-ce que la quenelle? Un bras d’honneur, un salut nazi inversé ?

Sur notre plateau, André Déchot, de la Ligue des Droits de l’Homme, co-auteur du livre « La galaxie Dieudonné ». Pierre Kanuty, conseiller régional Ile-de-France (PS), qui a écrit plusieurs articles sur Dieudonné sur son blog, ici, et . Et un partisan de Dieudonné, Nicolas De Neef, ancien stagiaire d’@si, que nous avons repéré comme étant un soutien de Dieudonné via Facebook, après son passage dans l’équipe. Dans cette émission, exceptionnellement, Didier Porte reste aussi pour le débat, afin de nous donner son point de vue d’humoriste.

L’émission est présentée par Daniel Schneidermann, préparée par Laure Daussy et Marion Mousseau
et déco-réalisée par Mireille Campourcy et François Rose.

integrale-dieudonne par asi

Le making-of, par Laure Daussy :

Au fait, et si on interrogait un « quenelliste » ? Qu’est-ce qui les anime dans leur soutien à Dieudonné? Nous avons donc décidé d’inviter un partisan de Dieudonné. Nous le connaissions déjà: il a été stagiaire dans notre équipe, en tant que community manager en septembre 2011. Mais à l’époque, nous ne connaissions pas son engagement. Comme pour la plupart de nos ancien-ne-s stagiaires, je suis restée « amie » avec lui sur Facebook. Or, j’avais vu passer une photo de lui effectuant une quenelle avec Dieudonné en personne. Nous lui avons donc proposé de venir en parler. Et nous ne sommes pas déçus. D’emblée, dans l’émission, il affirme que les propos de Dieudonné concernant Patrick Cohen « ne sont pas antisémites ».

Précisons que Nicolas de Neef nous a expliqué qu’il est aussi sympathisant d' »Egalité et Réconciliation », le mouvement d’Alain Soral. Il me l’avait précisé lorsque je lui ai téléphoné, mais nou avons omis de le préciser en plateau. Notre autre invité, Alain Déchot, de la Ligue des Droits de l’Homme, nous l’a reproché après l’émission: « Si je l’avais su, je n’aurais pas eu la même attitude avec lui, j’aurais été plus vindicatif dans le débat, car je considère Egalité et réconciliation comme un sas vers l’extrême droite ». Nous le rappelons ici. Erreur – à moitié – réparée ? Nous avions tenté d’inviter aussi Nabil, ce jeune « quenelliste’ viré de son travail, dont Rue89 fait le portrait. Il ne nous a jamais répondu.

Et Dieudonné lui-même, à propos ? L’inviter ou pas ? Le débat avait fait rage entre Patrick Cohen présentateur de la matinale de France inter et Frédéric Taddei, présentateur de Ce soir ou jamais. @si le racontait ici. Taddei revendiquant à l’inverse de Cohen le droit d’inviter tout le monde, y compris Dieudonné ou Soral. Taddei tiendrait-il la même ligne aujourd’hui ? Nous l’avons invité, il a refusé, expliquant qu’il ne souhaitait pas venir puisque le thème de sa prochaine émission sera justement Dieudonné.

Alors, Dieudonné ? Daniel Schneidermann avait pris part au débat à l’époque dans cette chronique de Libé, employant le terme de « faute professionnelle » à l’encontre de Patrick Cohen. Je propose donc à Daniel de lui demander son point de vue en plateau. « Ecole » Arrêt sur images: pourquoi ne pas sortir des cadres habituels, une journaliste interviewant son rédacteur en chef …On écoutera son explication avec intérêt.

Parmi les invités potentiels, Daniel Schneidermann propose d’inviter Jonathan-Simon Selem, fondateur du site JSS News, à l’origine de beaucoup de scoops autour de Dieudonné. JSS se présente comme un média « sioniste », son fondateur est proche de la droite dure israélienne. Débat : n’est-il pas trop extrême? Nous l’avons appelé, pour comprendre comme il obtient ces scoops. Il nous a expliqué que son site suivait Dieudonné de très près depuis sa liste « antisioniste » aux élections européennes en 2009. Il ajoute qu’il a même réussi à convaincre 2 ou 3 proches de Dieudonné, y compris dans son « premier cercle », que « l’humoriste » était antisémite. Depuis, ces proches transmettraient des infos à JSS… Info ou Intox ? Difficile de le savoir. Parmi les « Scoops » de JSS : des échanges de mails entre Soral et la femme de Dieudonné, dont nous parlons ici. Ou encore le fait que le théâtre de la Main d’or n’appartienne pas à Dieudonné.

Reste la question des images. Nombre de vidéos de Dieudonné se trouvent sur internet. Lui-même a une chaîne Youtube. On retrouve aussi la vidéo de Dieudonné invitant sur scène le négationiste Faurisson, la séquence en entier est ici. Quelques temps après, Dieudonné réalise à nouveau un sketch dans lequel Faurisson joue le rôle… du « chasseur de nazis » Serge Klarsfeld, la vidéo est ici. On trouve aussi la chanson « Shoah-nanas » – que Dieudonné dit s’écrire « chaud ananas », pour laquelle il a été condamnée. Ou encore ici la scène dans laquelle il parle de « pornographie mémorielle ». Il a été condamné au total 10 fois, dont la plupart pour des propos à caractère antisémites, nous le rappelions ici. Nous avons diffusé aussi dans l’émission un extrait du fameux sketch réalisé chez Marc-Olivier Fogiel, dans lequel il campe un colon isréalien partisan de la lutte armée et après lequel il n’a plus été invité dans les médias. Sketch pour lequel il avait été relaxé par la justice.

Quelles sont les limites de l’humour, y a-t-il un contexte dans lequel des propos sont acceptables ou non, un contexte aussi lié à l’auteur du sketch? Un sketch de Pierre Desproges intitulé « Les Juifs », joué dans les années 80 n’avait pas fait polémique à l’époque. Mais s’il était joué aujourd’hui, la question se poserait de porter plainte, a assuré le président de la Licra, Alain Jakubowicz dans l’émission « Complément d’enquête » sur France 2. Ce qui étonne Didier Porte. On en discute sur le plateau. Nous avons invité le président de la Licra, qui n’a pas pu venir.

Pour retrouver notre dossier spécial sur Dieudonné, c’est ici. Et l’explication de Daniel Schneidermann sur le pourquoi de ce dossier.

Publicités