Le pouvoir d’une Une, Valeurs Actuelles a oublié Marseille, 1973… ou pas.

Valeurs Actuelles assume la Une de son dernier numéro.

Arnaud Floch argumente même ce choix ici.

Monsieur Yves de Kerdrel, vous souvenez vous de Gabriel Domenech dans Le Méridional en 1973 qui avait titré Assez, assez, assez ! » et de la ratonnade qui a suivi ?

Je laisse Sarah Lehaye / Med’in Marseille vous rafraîchir la mémoire :


« Marseille « capitale de la culture » ? Il y a trente ans, les journaux titraient « capitale du racisme ». En 1973, la cité phocéenne a connu l’une des pires flambées de racisme qui a pu exister dans l’histoire de France au XXe siècle.

Un racisme ciblé sur l’Algérien, le mot de tous les maux. Salah Bariki, un français d’origine algérienne arrivé en 1962 dans les bidonvilles de la cité phocéenne, a accepté de raconter sa vision et son ressenti des années 70. A cette époque, il était d’ailleurs responsable de l’Amicale des jeunes Algériens, rue Saint-Jacques dans le 6e arrondissement.

UN RACISME QUI RÉPOND À LA CRISE ÉCONOMIQUE

Depuis 1962 et ce durant dix années (1962-1973), les flux migratoires n’ont cessé de s’intensifier, Marseille devenant un point de passage, voire d’ancrage de l’immigration. Une population constituée d’une forte communauté maghrébine et notamment algérienne, ce depuis la décolonisation. Salah évoque ce contexte particulier : « c’était le début de la crise économique, l’arrivée de Giscard qui voulait renvoyer les Algériens chez eux, l’Algérie qui voulait récupérer ses immigrés, au moins en parole. C’était aussi un moment de transition très difficile répondant au mythe du retour : nos parents qui étaient arrivés dans les années 60 n’étaient toujours pas rentrés au pays ». Depuis le début des années 70, il y a un développement du racisme, notamment contre les nord-africains. Selon Gérard Noiriel, historien et directeur d’études à l’EHESS, ce racisme anti-algérien a surtout été alimenté « par les nostalgiques de l’Algérie française ».

LA HAINE DE L’ALGÉRIEN DANS LA PRESSE LOCALE

C’est à l’été 1973 que les violences racistes vont connaître leur apogée et notamment à Marseille. Le 25 août, un déséquilibré algérien assassine un traminot. Ce fait divers va embraser la ville et attiser la haine de l’Algérien. Le rédacteur en chef du quotidien des droites marseillaises Le Méridional, Gabriel Domenech, avait titré, au lendemain du drame : « Assez, des voleurs algériens, assez des casseurs algériens, assez des fanfarons algériens, assez des trublions algériens, assez des syphilitiques algériens, assez des violeurs algériens, assez des proxénètes algériens, assez des fous algériens, assez des tueurs algériens (…) ». En 1986, Gabriel Domenech est élu député FN.

CAMPAGNE ANTI-IMMIGRÉS PAR LE DROITE

Un écrit qui résonne pour certains comme un appel à la ratonnade. Un Comité de défense des Marseillais se constitue au lendemain du drame afin « d’assurer la sécurité des Français » et appele à manifester « contre l’immigration sauvage », le 29 août (manifestation interdite par la Préfecture). Un comité qui, domicilié à la même adresse que le mouvement fasciste « Ordre Nouveau », n’a sûrement pas calmé les ardeurs. Les déclarations racistes émanant de divers groupes politiques de droite se succèdent. Du côté de l’Union des jeunes pour le progrès (UJP) des Bouches-du-Rhône, on a proposé d’ « éliminer la pègre nord-africaine et antifrançaise ». Les Comités de défense de la République (CDR), gaulliste, réclament « la peine de mort pour l’assassin ». Pour calmer les ardeurs, Mgr Etchegarray a fait une déclaration au journal de 20 heures, le 27 août, la veille du tramoinot, appelant à la raison de chacun. Un appel au calme pas assez fort pour être entendu puisque une vague de violence s’installe dans la cité. Selon Gérard Noiriel, « des appels à la ratonnade sont suivis par le mitraillage de plusieurs foyers Sonacotra et des bidonvilles ». Salah ne se souvient pas de ces épisodes mais ce qu’il peut expliquer, « c’est qu’on a appris bien plus tard que la plupart des foyers Sonacotra était dirigée par des anciens paras et des gens de l’OAS ».

L’AMALGAME

Dans la nuit du 28 au 29 août, un Algérien, Lounès Ladj, est abattu à la sortie d’un café tandis qu’au même moment, un cocktail Molotov est jeté dans une entreprise de nettoyage, à la Ciotat, où travaillaient majoritairement des Algériens. Le 31 août, les travailleurs de la Ciotat entrent en grève pour dénoncer ces attentats xénophobes. C’est le Mouvement des travailleurs arabes (MTA) qui prend le relais de cette solidarité en lançant un appel à la grève générale contre le racisme, le 3 septembre. Un mouvement qui sera honoré par au moins 20.000 travailleurs de la région marseillaise et qui s’étendra aux départements. La marche funèbre, en hommage à Lounès Ladj, le 1er spetembre, réunit des centaines de personnes. Un cortège funèbre traverse la ville en sa mémoire.

LA PASSIVITÉ POLITIQUE

De l’autre côté de la méditerranée, le président Houari Boumédienne, regrettant l’inertie des pouvoirs publics et notamment du président Georges Pompidou, décide de suspendre l’émigration algérienne vers la France, dès le 20 septembre. Salah se souvient : « Boumédienne a dit clairement que les Algériens devaient rester chez eux même s’ils mangeaient de la pierre ». Une histoire de sécurité tout autant que de dignité et de symbole. L’ambassadeur d’Algérie en France dénonce la complaisance de Gaston Defferre, alors maire de Marseille (et ensuite ministre de l’Intérieur de François Mittrerrand), et la passivité de la police. L’interruption de l’immigration de travail a su calmer cette fièvre raciste qui avait envahi le sud de la France. Mais le 14 décembre 1973, un attentat au consulat d’Algérie de Marseille fait quatre morts et vingt blessés. Il est revendiqué par le groupe Charles Martel dont les liens avec l’extrême droite et des anciens membres de l’OAS ne faisaient aucun doute. 3000 personnes, selon l’INA, mais dix fois plus se souvient Salah, se réunissent pour manifester leur indignation : « Je me souviens, j’avais dans la main un mégaphone, je voyais des gens à l’infini ». Le mutisme des partis de gauche est total. Au 31 décembre, l’ambassadeur d’Algérie en France avait recensé 50 Algériens tués et près de 300 blessés sur la seule année 1973.

Trente années sont passées, et selon l’historien Yvan Gastaut, « le racisme semble être un comportement toujours présent dans notre société. Sa flamme […] se rallume dès qu’un problème apparaît ». L’immigration a été la réponse à tous les problèmes d’ordre social, économique et politique. Jusqu’à quand ? »

Lu sur Presse & Cité

Guide pour lutter contre les idées reçues sur ceux qu’on appelle les Roms.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s