Rue 89 donne dans le virilisme

Mes ovaires, mes glandes mammaires, et moi-même, on t’emmerde.

rue 89

Ça sent le mâle, celui qui aime à être résumé à ses couilles, et l’escalade des grues, la sueur, le pneu cramé sur un circuit de F1, l’abdo kronenbourg et Thierry Roland. Ça pue le mépris, l’ordinaire, le patriarcat et le virilisme.

Mais en fait ça ressemble juste à ce qu’on se prend tous les jours dans la gueule.

Rue 89 « indépendant », oui, de toute réflexion, originalité ou subversif (oui, oui, je vous assure que le féminisme est bien plus subversif que la femme à poil et la testostérone, essayez pour voir).

Rue 89 « participatif », maintenant oui, vous savez à quoi vous collaborez.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s