Encourager la mendicité !? Ola !

« Mesdames et messieurs, votre attention s’il vous plaît. Pour voyager en toute tranquillité, merci de ne pas encourager la mendicité. »
 
Merde.
Moi qui ai pour coutume de lancer une ola à chaque fois qu’une voix monocorde me sort de la torpeur de mon trajet souterrain par un « Excusez-moi de vous déranger m’sieurs dames… » (Décidément qu’est-ce qu’on s’excuse dans le métro…)
Dans ces moments là, que j’attends fébrilement sans jamais être sûre que je vais pouvoir toucher à ce bonheur, prise d’une frénésie irrépressible, je me lève, dans cette gestuelle précise où mon corps et mes bras vont se déplier jusqu’à se tendre vers le ciel métallique du wagon, en scandant sur le même rythme subtil, mais je suis entraînée par des années de transports en commun parisien, « oolllaaa » !
Je suis immanquablement suivie par mes compagnons de voyages, exception faite de certains touristes dont les us et coutumes me semblent bien incompatibles avec cette fraternité ferroviaire, eux aussi tellement enthousiastes et pleinement volontaires à l’encouragement de la mendicité.
Aucun stade un soir de finale n’aurait à rougir de notre ferveur. Nous voilà tous réunis derrière un seul homme, soutenant sa remontée vers la rame suivante, avant le coup de sifflet fatidique de la fermeture des portes. Il attrape une pièce, réprime une insulte, slalome entre 2 sacs, manque de rater la marche, il se reprend, tacle de l’épaule d’un étudiant pressé, la sonnerie se fait entendre, blocage de la porte du pied droit, ouverture par la lucarne gauche, il est monté !!! Oui !!! « Oooollllaaaaa » !!!
 
Les réseaux urbains voudraient donc nous priver d’encourager tout à chacun dans ces choix ? Parce qu’il est évident que cet homme ou cette femme, que même ces gosses, ont fait le choix de mendier. Ils ont choisi de subir le regard des autres, l’indifférence, l’hostilité. Ils ont choisi la précarité, l’incertitude, la peur, le froid, la faim. Ils ont choisi la rue, la crasse, le jour le jour, le renoncement à la dignité, à la propriété. Ils ont choisi de renoncer à tout pour n’avoir envie de rien.
Et ils ont choisit de subir le mépris de votre message enregistré diffusé sur tous les réseaux ferroviaires où le bourgeois n’a pas envie de subir la réalité de son système.
 
Alors la prochaine fois que l’un d’eux s’excusera encore et toujours de déranger, je me lèverai, et je crierai « Ola » !

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s