Les Protocoles des Sages de Sion, la vérité n’est pas ailleurs

« A l’heure où refleurissent les délires conspirationnistes, la leçon est amère. Elle nous dit que la raison ne compte pas quand on a décidé une fois pour toutes que la vérité est ailleurs. Une
raison de plus pour asséner que la vérité n’est pas ailleurs. Elle est dans les faits. »

La vérité est ailleurs ou la véritable histoire des Protocoles des Sages de Sion, un film de Barbara Necek, diffusé sur Arte

 

De la Russie à l’Égypte en passant par l’Allemagne, enquête sur le parcours de ce faux antisémite mis en circulation par la police secrète tsariste. Un bréviaire nazi qui a le vent en poupe dans
les pays arabes et, à nouveau, à Moscou. Rédigés par la police secrète russe au début du XXe siècle, les Protocoles des sages de Sion sont présentés comme le programme émanant d’un conseil de
responsables juifs pour anéantir la chrétienté et dominer le monde. Le document est alors destiné à faire croire au tsar Nicolas II qu’une conspiration se trame contre sa couronne. Mais au
lendemain de la Première Guerre mondiale, il trouve un terreau fertile dans tous les milieux antisémites européens. En Allemagne, Adolf Hitler en fait l’un de ses livres de chevet. Même si le
Times de Londres révèle en 1920, preuves à l’appui, que les Protocoles ne sont qu’un faux, leur « carrière » est lancée… Aujourd’hui, on sait tout ce qu’il faut savoir sur les Protocoles : leur
date de fabrication, leur auteur, leur commanditaire, le but dans lequel ils ont été écrits. Pourtant, nombreux sont ceux qui s’obstinent à croire à l’authenticité du texte, persuadés de trouver
là l’explication à tous leurs maux. Dans les pays arabes, les Protocoles sont partout présentés comme un texte historique. Diffusés dans les librairies ou adaptés en série télévisée, ils
nourrissent la haine antijuive et antioccidentale. En Palestine, la charte politique du Hamas fait elle-même référence aux Protocoles. D’une façon générale, depuis la guerre des Six-Jours, le
faux est instrumentalisé pour mobiliser les masses dans la lutte contre Israël. Les Protocoles ont également le vent en poupe dans la Russie postcommuniste, car ce sont les orthodoxes qui se
chargent de la diffusion du faux document. Vecteur de la nouvelle identité russe, l’Église ne craint pas de désigner ouvertement les juifs à la vindicte de ses fidèles.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s